Libye : Les Etats-Unis réclament la sortie des forces turques et russes, et la représentante des Nations Unies demande la dissolution des institutions parallèles.

Publié par l'Agence Al Jazeera
Traduction par Charlotte Landry, relecture par Lubna
Date originale de publication : 28/01/2021

Les Etats-Unis ont demandé, lors de la réunion du Conseil de Sécurité, à la Turquie et la Russie d’amorcer sans tarder le retrait de leurs forces en Libye, tandis que le représentant par intérim des Etats-Unis en Libye a réclamé de solutionner les organisations opérationnelles parallèles dans le pays.

Image 1 article Charlotte.PNG
 

Richard Mills, ambassadeur par intérim des États-Unis auprès des Nations Unies a déclaré que son pays « demande que toutes les parties extérieures à cette affaire, la Russie, la Turquie et les Emirats arabes unis, respectent la souveraineté libyenne et que toutes interventions militaires en Libye cessent ».


Mills a également ajouté que « conformément à l’accord de cessez-le-feu datant d’octobre (2020), nous demandons à la Turquie et à la Russie de commencer à retirer leurs forces du pays, et de retirer les mercenaires étrangers et les agents militaires, qui les ont recrutés, déployés et financés en Libye ».


L’attitude du nouveau gouvernement du président américain, Joe Biden, à l’égard de la crise libyenne représente un changement par rapport à la politique de l’administration de l’ancien président, Donald Trump, laquelle était caractérisée d’ambiguë.


En décembre dernier, l’ONU a estimé qu’un nombre d’environ 20 milles mercenaires et militaires étrangers déployés en Libye ont soutenu les camps du conflit, le Gouvernement d’Accord National reconnu et les forces du Général retraité Khalifa Haftar. En outre, les Etats-Unis dénombrent 10 bases militaires qui accueillent partiellement ou pleinement des forces étrangères dans le pays.


En vertu de l’accord de cessez-le-feu qui entra en vigueur le 23 octobre dernier, les troupes et les mercenaires étrangers devaient quitter le pays au cours des trois mois qui ont suivi la signature de l’accord, c'est-à-dire le 23 janvier (2021). Aucune des forces mercenaires en Libye ne s’est retirée, bien que le délai prévu dans l’Accord ait été dépassé.

 
Image 2 article Charlotte.PNG
 

Les institutions parallèles 


Dans un contexte connexe, la Représentante intérimaire des Nations Unies pour la Libye, Stephanie Williams, a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à adopter une résolution visant à dissoudre toutes les institutions exécutives parallèles du pays, comme il a été déclaré lors d’une réunion du Conseil sur la crise libyenne ce soir (28 janvier).


Williams veut dire que pour dissoudre les institutions il faut unifier les institutions de sécurité, militaire et financière aux mains du gouvernement national unifié, compte tenu de la duplication de ces institutions entre le Gouvernement National Unifié et les forces de Haftar.


Le responsable des Nations Unies a annoncé aux membres du Conseil de sécurité que l’accord de cessez-le-feu tient toujours, et que la Commission militaire (5+5) travaille à l’exclusion des mercenaires du pays. Ce comité est composé de 5 militaires du Gouvernement de réconciliation et notamment certains de la force du Maréchal Haftar, qui est chargé de l’application de l’accord de cessez-le-feu.

Article originallire la version originale sur Al Jazeera

Publié par Al Jazeera, chaîne de télévision satellitaire qatarienne

 

Vocubulaire

مجلس الأمن  conseil de sécurité
الأمم المتحدة  ONU
التدخلات العسكرية  interventions militaires
وقف إطلاق النار  cessez-le-feu
غموض  ambiguë
المرتزقة  les mercenaires
معسكرو النزاع  les camps du conflit